29e Festival franco-anglais de poésie

Trouver le Nord / Getting our Bearings - Paris, juin 2006

 

  P r é s e n t a t i o n :

   H i e r   e t   a u j o u r d ' h u i   

 
     

Inauguration du seizième Festival à la Maison des écrivains en juin 1993.

( (photos Bernard Bardinet)

Atelier de traduction du vingt-huitième Festival à la bibliothèque de la Maison de la poésie / Théâtre Molière, en juin 2005

 
L'origine du Festival franco-anglais de poésie remonte à 1976, à Marly-le-Roy, où Lindy Henny, poète anglaise résidente de cette ville, avait créé un festival international de poésie, en anglais « Festival of French English Spoken Poetry ». Orienté vers l'oralité, ce festival vécut quatre sessions annuelles très animées, de 1976 à 1979, la dernière donnant lieu à une conférence de traduction.
 
Interrompu pendant deux ans, le Festival renaît en 1982 dans une formule modifiée, sous la direction actuelle, et prend le nom de « Festival franco-anglais de poésie ». La traduction réciproque entre poètes en devient le moteur, tandis que rapidement il bénéficie du concours de peintres et sculpteurs, de musiciens et comédiens, pour devenir un festival multi-artistique, avec la poésie comme dénominateur commun.
 
La Traductière est née dans la foulée, en 1983, devant la nécessité qui nous est apparue de garder trace du travail de traduction effectué par les poètes pour le Festival, des oeuvres graphiques réalisées sur leurs poèmes, ainsi que des réflexions menées par les poètes sur l'écriture poétique.
 
Voilà aujourd'hui le Festival à sa vingt-neuvième session, et la Traductière à son numéro 24 - le même âge que le Marché de la poésie ! Sous l'égide de l'Association franco-anglaise de poésie, créée à cet effet en 1984, ils travaillent en complémentarité, à partir chaque année d'un thème choisi en commun (soit, en 2006 : « Trouver le Nord / Getting our Bearings »).
Le Festival, plus tourné vers l'animation, fournit à la revue sa rubrique de « Traductions croisées » et les oeuvres graphiques créées pour « Réverbérations ».
 
La Traductière, plus littéraire dans sa démarche, confie au Festival, pour la création d'oeuvres musicales et les lectures « Poésie et musique », les poèmes longs commandés à des poètes sur le thème choisi en commun; elle développe aussi ses dossiers propres, tout en offrant des notes de lecture sur l'actualité franco-anglaise de poésie.
Hier comme aujourd'hui, un même objectif : donner en partage la poésie vivante de deux langues aux horizons multiples. Nous remercions tous ceux qui ont partagé l'aventure, tous les créateurs qui sont venus nous y rejoindre, ils ont contribué, contribuent chacun à démultiplier la poésie.

    Jacques Rancourt